Location des salles

Localisation

Evénements

La Fondation

Locaux disponibles

Restauration

Prestations

Visite de la Maison


Historique


Valorisation des bâtiments


Les locataires

Contacts

Dons

Home page


 

 

 

 

 

 


 
Historique | la fédération | revue de presse | politique | galerie de photos | atout majeur
                     | architectes | inauguration
| message des autorités | plans 

Message des autorités du Canton de Genève

«Nous sommes - en réalité - dans une époque où il faut re-conquérir les espaces de citoyenneté qui sont en train de se rétrécir et de s'appauvrir, alors que les espaces du Marché et de la Technologie s'élargissent et s'enrichissent de plus en plus. Les mouvements associatifs et tous ceux qui agissent au sein de la société civile ont un rôle fondamental à jouer. Sans leur action, il n'y aura pas de contrat social mondial».

Cette citation de Riccardo Petrella situe bien l'enjeu de la création de la Maison des associations à Genève destinée à héberger les associations et groupements qui défendent particulièrement les causes des droits de la Personne et des peuples, de l'environnement, de la paix et du désarmement ainsi que du développement durable.

Koffi Annan, secrétaire général de l'ONU, a décrit récemment la puissance émergente de la société civile à travers ses associations et organisations non-gouvernementales, aux côtés des institutions internationales officielles. Leur intervention dans les mécanismes intergouvernementaux a connu un tournant décisif depuis la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement durable à Rio en 1992. Depuis, elles sont considérées non seulement comme des agents de diffusion de l'information ou des prestataires de services, mais aussi comme des initiatrices de grandes orientations.

Genève, siège de nombreuses organisations internationales, dont plusieurs symbolisent la mondialisation en cours, se doit d'offrir aussi des conditions d'accueil favorables aux organisations non-gouvernementales et au mouvement associatif engagés à défendre et à promouvoir les valeurs d'une démocratie citoyenne dans «l'Esprit de Genève» d'ouverture et de tolérance.

Le projet de création d'une Maison des associations a été initié par un groupe de personnes représentant une cinquantaine d'associations, groupements et organisations non-gouvernementales avec pour objectif de regrouper ces associations et groupements dans un même lieu pour créer des synergies entre leurs activités et pour diminuer leurs frais de fonctionnement, en leur offrant des bureaux et salles de réunion à des loyers modestes et en mettant en commun des installations techniques. Ce projet a séduit les autorités politiques du canton et de la Ville de Genève et c'est grâce à leur volonté qu'il a pu se réaliser concrètement. L'Etat de Genève a ouvert la voie en acquérant deux bâtiments, mis ensuite à disposition de la Fondation pour l'expression associative. Le Grand Conseil a voté une subvention unique permettant de terminer les travaux de rénovation des bâtiments et d'obtenir les crédits bancaires nécessaires.

Il appartient maintenant à la Fondation pour l'expression associative d'animer cette maison et de la faire vivre en symbiose et au bénéfice de la population à Genève.

Laurent Moutinot, Conseiller d'Etat, Président du Département de l'aménagement, de l'équipement et du logement (DAEL),
Genève, le 23 août 2001


Message des autorités de la Ville de Genève

Grâce aux efforts conjoints de la Ville et de l'Etat de Genève, les objectifs poursuivis par la Maison des associations ont finalement pu être atteints.
Au plus grand soulagement des nombreuses associations qui peinent à trouver des locaux bon marché.
Au plus grand mécontentement des Partis Radical et Libéral qui affirment que «seules des associations proches des milieux alternatifs peuvent y entrer»!
Pensent-ils vraiment qu'il faut être de gauche pour soutenir l'association en faveur du Tibet libre, par exemple? C'est d'ailleurs faire injure à toutes les associations qui composent la Maison des associations que de laisser croire qu'elles seraient inféodée à des partis politiques. Au contraire, il faut compter sur des associations qui consacrent leurs efforts à la défense des droits humains, à celle de l'environnement et à la promotion de la paix, pour qu'elles conservent leur indépendance et leur sens critique. La vie politique - y compris au plan municipal - a besoin de la confrontation des idées et d'une effervescence qui ne se limite pas aux débats du Conseil municipal et du Grand Conseil.

Le référendum lancé contre la Maison des associations a échoué. Il avait été accompagné par une motivation particulièrement brutale, accusant les autorités de la Ville de favoriser leurs «petits copains» et proclamant la nécessité de s'opposer au développement des idées alternatives. Il faut croire que cette argumentation n'a pas eu beaucoup d'écho, puisque le comité référendaire n'a pas réuni les signatures nécessaires.

La période actuelle est largement caractérisée par le triomphe du marché, comme prétendue solution aux grands problèmes. Les associations socio-politiques, du type de celles regroupées dans la Maison des associations, existent dans le monde entier. Elles représentent un aspect important de la résistance à la toute puissance de l'esprit de concurrence, de domination économique et à l'égoïsme personnel.

Ayant été pour ma part, comme mes collègues du Conseil administratif, solidaire de ce projet dès le début, je ne peux que me réjouir qu'il ait pu être mené à bien, répondant ainsi à une demande légitime du monde associatif.

Christian Ferrazino, Conseiller administratif Ville de Genève, Président du Département municipal de l’aménagement, des constructions et de la voirie.
Genève, le 23 août 2001